Home

Pourquoi faire estimer son bien immobilier par un expert ?

estimer son bien immobilier

Dans le cadre d’un achat, d’une vente, d’une donation ou d’une déclaration fiscale, vous serez certainement amené à donner une estimation de votre bien immobilier. Si beaucoup sont convaincus de l’utilité de l’expert immobilier, une grande majorité se range encore dans le scepticisme.

Pourtant, lorsqu’on aspire à réaliser un projet suivant les législations en vigueur dans le pays, il est indispensable de passer par le service d’un expert. Mais que vaut réellement l’intervention d’un expert lors d’une évaluation de bien immobilier ? Suivez-nous, on en parle.

Engager un expert pour ses compétences

L’évaluation de la valeur vénale d’un bien immobilier est un domaine complexe. Ainsi, pour une estimation exacte, l’acteur devra justifier d’une bonne connaissance dans plusieurs disciplines : technique, administrative, fiscale et juridique. Alors, pour trouver un expert immobilier en Belgique, il faudra sélectionner celui qui répondra à toutes ces compétences. C’est d’ailleurs, pour cela qu’engager un expert est utile.

Grâce à ses bonnes connaissances du marché immobilier, à sa responsabilité en termes d’évaluation immobilière et à la qualité de ses conseils, un expert immobilier pourra justifier d’une grande sécurité pour son intervention.

Engager un expert pour ses méthodes d’évaluations fiables

L’estimation de la valeur vénale d’un bien immobilier peut se faire de différentes manières. Mais en tant que professionnel qualifié, l’expert disposera des techniques appropriées pour la réalisation de l’estimation. D’abord, il devra descendre sur terrain pour étudier chaque recoin et aspect de votre bien. Il pourra ainsi donner une évaluation provisoire. En s’appuyant sur les bases de données de référence immobilières, il pourra alors déduire la valeur vénale de l’immobilier.

Souvent, il se base également sur une comparaison. Dans le cadre de l’estimation d’une maison, par exemple, il pourra comparer le bien à d’autres logements ayant fait l’objet de transactions récentes, de décision d’expertise.

Engager un expert pour sa conformité aux réglementations

Bien qu’il n’existe pas d’encadrement stricte dans une expertise immobilière, la profession est tout de même régulée. En Belgique, un spécialiste de l’estimation immobilière devra respecter les règles déontologiques qui régissent le métier. Il doit être capable de remplir ses devoirs et de soigner ses relations (avec ses clients ou ses confrères). En outre, il devra également justifier d’une totale impartialité et d’une indépendance.

Ainsi, en engageant un expert immobilier, vous serez sûr de profiter d’une estimation totalement impartiale. Votre bien immobilier sera alors évalué de manière tout à fait objective. L’opération et le résultat de l’opération seront ainsi conformes à la loi.

Engager un expert pour justifier d’une crédibilité aux yeux de la loi

Généralement, l’expertise immobilière est effectuée pour des opérations ou des démarches administratives. En cas de divorce, de succession, de vente ou d’achat, il est très important d’évaluer la valeur vénale du bien. Dans ces cas, on a souvent recours au service d’un expert judiciaire.

Ainsi, si vous êtes face aux tribunaux ou bureaux administratifs, ils pourront reconnaître la crédibilité de l’expertise judiciaire immobilière réalisée par l’expert immobilier. Le patrimoine immobilier à expertiser retrouvera alors sa valeur vénale en toute neutralité et cette valeur sera reconnue et acceptée aux yeux de tous.

Crédit : les types d’organisme à choisir

Le choix est plus ou moins large en ce qui concerne les prêts bancaires. Cela revient au client de choisir l’organisme qui répond le plus à ses besoins. Aussi faut-il connaître ces organismes afin de pouvoir faire un choix, mais surtout de connaître ce qui leur différencie.

Les choix

Le plus classique et le plus connu de tous en termes de crédit, ce sont les banques traditionnelles. Il faut quand même retenir que les conditions et les offres peuvent être différentes d’une banque à une autre. C’est pour cela qu’il est fortement conseillé de se renseigner auprès de plusieurs banques et de faire des comparaisons. D’autant que les conditions ne sont pas les mêmes, tout autant que les besoins.

Outre les banques, on peut aussi demander auprès des établissements spécialisés. Ils sont plutôt souples, mais sélectifs en même temps. A vrai dire, ces établissements privilégient les personnes qui sont dans l’obligation d’emprunter suite à des problèmes comme un accident par exemple. Toutefois, pour leur assurance et garantie, ils exigent des hypothèques dans la plupart du temps. Pour en savoir plus, voir ici.

Il est aussi possible de s’adresser à un courtier qui va jouer l’intermédiaire entre l’organisme prêteur et le client. Ce qui est intéressant avec ce choix, c’est la possibilité de travailler avec des professionnels. On peut donc gagner du temps en termes de préparation de la demande. D’autant plus que le courtier est plus à même à suggérer des propositions et de servir de guide dans toutes les démarches.

Dans tous les cas, il est recommandé de bien se renseigner et d’écouter les avis des proches ou des amis qui ont déjà souscrits auprès d’un tel ou d’un tel organisme. D’autant plus que dans la majorité des cas, l’offre de la banque traditionnelle laisse à désirer sur certains objets du contrat.

Bien choisir l’organisme

En optant pour un établissement spécialisé autre que la banque, il faut faire attention aux offres frauduleuses comme les offres anormalement pas chères. Cela est surtout valable pour les souscriptions en ligne. Eviter de se précipiter et prendre le temps d’étudier l’offre surtout si l’établissement demande d’envoyer une somme d’argent pour la souscription. C’est pour cela qu’il est important de se renseigner sur ses droits et la procédure légale pour l’obtention d’un crédit.

Outre l’organisme, il est également important de prendre temps de bien choisir son crédit. Ceci dit, cela doit répondre aux besoins. La première étape à faire est donc, c’est de définir ces derniers afin de chercher au bon endroit et au bon moment son type de crédit. Pour cela, ne pas hésiter à demander plus de renseignements auprès du courtier ou de son banquier.

Enfin, on ne le répétera pas assez, mais il faut comparer les offres. On peut opter pour les comparateurs en ligne ou bien les bouches à oreille ou encore les avis des proches. Il faut aussi se méfier des enseignes que personne ne connaît. Au contraire, opter pour un organisme bien connu et officiel. Cela permet de limiter les risques d’arnaque.

Conseils pour réussir son investissement immobilier à Bruxelles

investissement locatif

Le marché immobilier belge est un secteur qui reste en général stable et rentable, même dans le cas où les marchés de bourses connaissent des difficultés et s’effondrent. Vous pouvez donc vous rassurer que l’investissement immobilier sera le placement d’argent garanti à long terme. Comment le réussir à Bruxelles ?

Opter pour le meilleur investissement sur le marché

L’étape primordiale pour la réussite d’un investissement immobilier est de choisir le meilleur placement ayant un objectif sur le long terme. On peut, par exemple, opter pour un achat et une revente ou encore une location. Par ailleurs, il faut savoir que s’investir sur un appartement classique est, par exemple, l’idéal pour un placement avec un objectif de 5 ans. Il est suivi de peu par une maison classique, puis des résidences secondaires en bord de mer ou en périphérie de la ville. Les maisons de repos ou les logements avec assistance figurent également parmi les meilleurs placements. Concernant le budget, les banques donnent souvent des pistes par rapport à la situation financière du futur investisseur.

Bien choisir le quartier pour réaliser le projet

Pour réussir ce projet à Bruxelles, il est très important d’investir intelligemment dans les quartiers en développement. Pour ce faire, le futur investisseur doit se baser sur le ciblage du quartier, mais aussi la définition du budget. Effectivement, il s’agit des éléments essentiels. Si son budget ne lui permet pas de choisir des quartiers prisés, il doit se renseigner sur d’autres quartiers qui peuvent se développer potentiellement et qui restent un bon rapport qualité/prix. D’ailleurs, il faut savoir que les biens que le futur investisseur peut acquérir dans ces quartiers sont moins chers à l’achat et peuvent engendrer une plus-value à la revente. Pour se faire accompagner par un professionnel, on peut, par exemple, se rendre sur Nesting-realty.

S’investir sur les achats neufs

Pour effectuer plus tard un investissement locatif, c’est-à-dire investir dans un immobilier et le mettre en location pour bénéficier des rentes, il vaut mieux opter pour un achat neuf. En effet, le principal avantage d’un bien neuf, c’est sa qualité énergétique. Les futurs locataires seront de plus en plus attirés, car les charges seront limitées et définies au préalable. On peut déduire que pour un investissement dans les bâtiments plus anciens, le prix d’achat est bas, toutefois en ce qui concernera le loyer, il sera moins élevé. Le rendement sera ainsi faible.

Apporter une garantie financière

Il faut noter qu’on n’arrivera pas à réussir un investissement immobilier si on ne sait pas apporter une garantie financière aux banques, ou si on n’arrive pas à bien gérer son argent. Pour que les établissements financiers puissent accorder le montant sollicité pour le projet, il s’avère être important que le futur investisseur dispose d’une épargne ou d’un patrimoine qui va servir de garantie. Effectivement, il convient de savoir qu’il n’est pas possible d’investir sans placer des fonds propres dans leur transaction. On peut donc dire qu’il est toujours important de se créer une situation financière propice au projet avant de se lancer.

Tout savoir sur le prêt immobilier conventionné

prêt immobilier

Le prêt conventionné ordinaire s’adresse au propriétaire souhaitant réaliser des travaux dans sa résidence principale. Il est octroyé sans aucune condition de ressources. On peut l’obtenir auprès d’un organisme financier ayant conclu un accord avec l’État. Voici quelques informations essentielles sur cette formule de prêt.

Qu’est-ce qu’un prêt conventionné et comment l’obtenir ?

Le prêt conventionné est un moyen de financement faisant partie de la catégorie des prêts aidés. Il est destiné aux primo-accédants ou aux foyers modestes désirant réaliser leur projet immobilier. Le prêt conventionné s’oppose au crédit classique. Pour cause, il donne droit à l’aide personnalisée au logement (APL). Cependant, toutes les banques ne peuvent pas accorder ce type de prêt. Seuls les établissements financiers ayant signé une convention avec l’État sont autorisés à le faire.

En outre, le prêt conventionné ne touche que quelques opérations immobilières. On peut utiliser la somme empruntée pour acheter ou construire un logement dans le neuf ou l’ancien. La somme est accordée s’il s’agit de la résidence principale de l’emprunteur. Le prêt permet aussi d’acquérir un terrain et d’y construire un logement. Pour cela, il faut que la construction soit terminée dans les 3 ans suivant l’acquisition du terrain.

Le prêt sert également à réaliser des travaux d’extension de la résidence principale.

Les caractéristiques du prêt conventionné

On peut financer l’intégralité du coût de l’opération avec le prêt conventionné. Cela comprend la charge foncière ou immobilière, les honoraires de négociation et les frais d’assurance. Il est possible que le terrain soit acquis d’environ 3 ans à la date de transmission de l’offre. De ce fait, on peut prendre en compte sa valeur dans le coût de l’opération. Il faut savoir que le montant du prêt conventionné est au moins 4 000 €.

Lorsqu’un prêt conventionné finance en partie une opération, celle-ci ne doit être cofinancée que certains types de prêts. Parmi ceux-ci, on peut citer le prêt à taux zéro, l’eco-ptz ou le prêt d’épargne logement. Il y a également le prêt relais ou encore le prêt fonctionnaire. Concernant la durée de remboursement du prêt, celle-ci est située entre 5 et 30 ans. Un allongement jusqu’à une durée de 35 ans peut être prévu selon le contrat de prêt.

Quelques informations à ne pas oublier

L’emprunteur peut choisir entre un prêt conventionné à taux fixe et à taux révisable. Il peut aussi recourir à un prêt mixte. Pour le taux révisable, celui-ci ne doit pas dépasser le taux maximum en vigueur. La modification de mensualité ou la révision du taux n’intervient qu’une seule fois par an. De plus, elle se fait à la première date anniversaire du jour d’approbation de l’offre.

On doit remettre gratuitement à l’emprunteur un nouveau tableau d’amortissement sur chaque révision. Le capital restant dû doit être inférieur au capital initial. En outre, la réglementation du prêt immobilier s’applique au remboursement anticipé d’un prêt conventionné. Cela veut dire qu’une indemnité de remboursement anticipé peut être prévue selon le contrat. Cette compensation ne doit pas excéder 3% du capital restant à payer. Par ailleurs, le prêt conventionné peut obtenir une réduction de frais de notaire.

Crédit rapide : délai pour obtenir l’argent

delai-obtention-crédit

Dans la logique des choses, le crédit rapide est pour répondre à un besoin urgent et peut être imprévu. Comme son nom l’indique, un crédit rapide trouve son intérêt dans la rapidité de la réponse et le traitement du dossier. Encore faut-il savoir exactement de combien de temps et de mettre toutes les chances de son côté pour accélérer cela.

Le temps qu’il faut

Il importe de souligner qu’un retour sur la demande peut être immédiat surtout pour les du crédit en ligne. De même, la réponse et l’accord peuvent aussi prendre seulement quelques jours. Cependant, pour avoir la totalité de l’argent disponible sur son compte, il faut attendre une dizaine de jours. En effet, c’est le temps qu’il faut pour rassembler le dossier, étudier ce dossier et débloquer l’argent. En outre, le client a 14 jours pour une éventuelle rétraction ou annulation de demande.

Par ailleurs, s’il existe quelques astuces pour accélérer la procédure, 10 jours, c’est la moyenne et le plus rapide pour obtenir un crédit rapide. Pour le cas du crédit en ligne, la réponse est immédiate, toutefois, il faut compter plus de temps pour le traitement du dossier. En effet, il faut tenir compte le temps de réunir les dossiers. Ensuite, ces dossiers vont prendre le temps d’être acheminés vers le responsable. Enfin, il faut attendre que l’argent soit transféré dans le compte.

En revanche, pour le crédit magasin, on peut faire l’achat directement en magasin. Ceci dit, il n’y aura pas d’argent mis à la disposition du client. Cela concerne plutôt un contrat entre la banque et le magasin. Le client peut donc acheter immédiatement ce qu’il veut à crédit à l’aide de sa carte. A noter qu’en crédit magasin, il n’y a, en aucun cas, de l’argent versé sur le compte du client.

Gagner du temps

Il est possible de gagner 3 à 4 jours sur une souscription de crédit rapide en ligne. Pour ce faire, rassembler les documents nécessaires bien avant de faire la demande. Il s’agit notamment d’une pièce d’identité et le justificatif de domicile. Outre cela, prévoir une photocopie de la dernière fiche de paie et un avis d’imposition. Enfin, joindre une copie de l’identité bancaire ainsi qu’une copier du dernier relevé du compte.

Il importe de noter qu’on peut gagner encore plus de temps si l’on possède déjà un crédit renouvelable en cours. En effet, ces dossiers sont impératifs pour une première souscription. Dans tous les cas, tout préparer à l’avance permet de tout faire en une seule pendant la souscription et la demande en ligne. De même, effectuer des recherches à l’avance sur des comparateurs afin de décider rapidement sur l’offre au meilleur taux.

Il est également possible de procéder à la signature de contrat en ligne. Cependant, pour éviter les délais postaux, il est préférable d’apporter ses dossiers de contrat directement auprès de l’agence. Pour un cas le plus urgent, il y a deux options : soit demander un crédit express, soit en ayant déjà un crédit renouvelable en cours.

Acquérir un bien immobilier par la location-vente

location vente

De nos jours, on n’est plus forcé de payer d’un coup le prix d’un bien qu’on veut acheter. Pas de soucis si on ne veut pas s’endetter ou si la demande d’un octroi d’un crédit est rejetée. La location-vente permet un paiement progressif pendant une période allant jusqu’à 9 ans à condition qu’on passe par la location.

Se familiariser avec la location-vente

En matière d’immobilier, la location-vente est un transfert de propriété par lequel l’acheteur occupe temporairement le bien en tant que locataire jusqu’à la conclusion de la vente. L’achat de la propriété est donc progressif. Cela est accessible pour tout type d’immobilier comme une maison, un appartement, un garage, un terrain, etc. Deux contrats sont en jeu : le bail et la vente. Le locataire-acheteur verse donc une somme mensuelle d’achat en plus du loyer.

Se faire accompagner par une agence immobilière

Vu que c’est à la fois un contrat de vente et de location, la procédure est un peu différente de celle d’une vente simple. Il est conseillé de travailler avec une agence immobilière pour éviter un futur dommage. De cette façon, on peut bénéficier d’une assistance personnalisée jusqu’à la conclusion du contrat. Si vous êtes en Belgique, Engel&Voelkers à Braine-le-Château propose un accompagnement personnalisé tant pour les propriétaires que pour les acquéreurs.

Les conditions légales et les obligations

Il faut tout d’abord connaître les obligations et les conditions légales à respecter. Premièrement, la présence d’un notaire et la publication au bureau des hypothèques est nécessaire. Ensuite, le contrat doit stipuler : le bien immobilier concerné (maison, appartement, …), le prix de vente et les modalités de paiement, la date d’entrée en location, le montant de la redevance mensuelle (loyer et fraction de prix de vente), les garanties et les charges incombant au locataire-acheteur.

Découvrir les modes de paiement

Comme évoqué ci-dessus, il faut à la fois payer un loyer et verser une somme pour l’achat. Le paiement se fait mensuellement et selon le montant mentionné dans le contrat. Des fois, le propriétaire et l’acheteur peuvent convenir d’un versement d’un dépôt préliminaire à la transaction. Si le temps déterminé du terme de location est arrivé, le locataire peut choisir entre acheter ou non le bien ; pareil du côté de vendeur. Si la vente n’est pas conclue, les sommes versées en guise d’achat sont à rembourser.

Opter pour une location-vente

Il y a deux types de location-vente : la location-accession et la location-vente classique. Dans le premier cas, le contrat stipulant l’option d’achat n’est pas assorti d’engagement. Cela signifie que le propriétaire peut changer d’avis concernant la vente du bien, pareil pour le locataire. Pour le second cas, il y a une promesse unilatérale ou bilatérale d’achat et/ou de vente dans le contrat. Les parties ne peuvent pas se rétracter sans verser des dommages-intérêts.

 

Les avantages

Tout d’abord, l’acquéreur n’a pas besoin de demander un crédit auprès de la banque, un simple revenu peut suffire à payer les mensualités. Du côté du propriétaire, ce mécanisme permet d’occuper le bien et de gagner de l’argent dans l’attente d’une vente. D’ailleurs, les parties peuvent désigner dans le contrat celui qui va régler les charges de copropriété et les dépenses liées à l’entretien. Le transfert de propriété ne prend effet qu’après la conclusion de vente.

Crédit immobilier : Acquérir un meilleur taux

taux de crédit

Plus la durée de remboursement est longue, plus le taux d’un crédit immobilier est important. Il n’est pas toutefois le seul paramètre à tenir compte dans son calcul de taux de crédit immobilier. Il faut entre autres recourir à une expertise particulière pour obtenir le meilleur taux possible. Mais avant tout, être bien renseigné est aussi primordial.

Crédit immobilier : Comment trouver un meilleur taux

Conclure un prêt est une réussite, mais avoir un meilleur taux l’est plus encore. Un meilleur taux varie de à 0,36 à 1,58 %. Voici les paramètres fondamentaux à tenir compte :

  • La tendance 2020 de la région ou de l’Etat : suite à la crise qu’a provoquée la hausse des taux de crédit immobilier en 2008, la situation s’est par conséquent améliorée ou est en baisse actuellement. Mais compte tenu de l’importance des dettes de votre Etat ou Obligations Assimilables du trésor ou OAT impactant naturellement la banque, le taux d’intérêt peut évoluer.
  • L’expérience de l’expert immobilier : il est à recourir quand on veut se libérer du casse-tête des calculs de taux et les fréquents déplacements auprès des banques. Il a entre autres le rôle d’accompagner l’emprunteur en s’occupant de toutes les tâches depuis la constitution du profil jusqu’à la recherche du meilleur taux parmi les offres bancaires. Cij expert immobilier situé à Brabant, Région Wallon en Belgique est une adresse idéale.
  • La liste des meilleurs taux : cette liste n’est pas exhaustive, et il en va du ressort de l’expert immobilier ou notaire de retrouver un pourcentage avoisinant.

 

Qualité de taux        7 ans 10 ans           15 ans           20 ans           25 ans

Meilleurs taux          0,36    0,48                0.66               0,81                1,03

Taux très bon           0,6      0,7                  0,89               1,05                1,34

Taux bon                  0,82     0,92                 1,12              1,29                 1,58

 

Crédit immobilier : méthode de calcul pour un meilleur taux

Dans le cadre d’un crédit immobilier, le remboursement comprend le capital, le Taux Annuel Effectif Global ou frais de la banque et le taux d’intérêt. À l’exemple d’une villa à plain-pied de 95 m2, à une, 2 ou trois chambres avec living. Elle s’acquiert d’une valeur aux environs de 110 000 euros. Un montant accessible aux foyers à revenu modeste. Hors ce capital, l’emprunteur est invité à recourir à une comparaison d’offre depuis plusieurs banques et analyse celles-ci pour savoir le meilleur taux. Selon toujours CIJ, l’évaluation de l’état de la maison à acquérir peut jouer considérablement dans le montant fixé pour votre crédit immobilier. Plus le prix d’une maison est raisonnable, moins vous déboursez pour le taux du crédit.

Crédit immobilier : l’interlocuteur pour un meilleur taux

C’est là qu’intervient l’expert immobilier, d’un notaire ou courtier. Il étudie la tendance de l’évolution du taux de crédit. Prêt à taux zéro, taux à la baisse, peuvent être des droits octroyés naturellement à l’emprunteur suite à l’étude du profil emprunteur. Une des expertises de CIJ. Le calcul du taux est fonction, du taux d’endettement de l’emprunteur, de l’apport personnel pour le paiement de l’immobilier, le rachat de crédit, des paramètres à scruter soigneusement pour avoir le meilleur taux.

Les solutions pour régler un litige avec son syndic de copropriété

régler un litige avec son syndic de copropriété

En règle générale, le syndic de copropriété est supposé faire honorer les droits de la copropriété. Cependant, le problème avec d’autres syndics, ce que leurs efficacités sont à mettre en question. D’ailleurs, certains d’entre eux enfreignent même le règlement. Mais, que faire si l’on est en présence de ce cas ? Focus sur les recours possibles pour gérer un litige avec son syndic.

Les responsabilités du syndic de copropriété

En principe, le syndic de copropriété est l’entité exécutive de la copropriété dont le rôle principal est de gérer les finances et l’administration de l’immeuble. À cet effet, il prend en main l’entretien régulier de l’immeuble, les travaux de préservation, la mise en place et la mise à jour du carnet d’entretien, le recouvrement des charges, l’assurance copropriété, … Par ailleurs, le syndic de copropriété prend en main également la gestion du comptable et de la finance d’un immeuble, comme le cas du syndic-imact.be. Toutefois, comme le syndic de copropriété est assujetti à l’obligation de moyens et non de résultats, quelques syndics peuvent être négligents.

Quelles sont les différentes sortes de litiges avec le syndic de copropriété ?

Les causes de litiges avec le syndic de copropriété sont plusieurs pouvant être personnelles ou communes. Un litige peut survenir suite à une décision prise durant l’assemblée générale, qui enfreint le règlement de copropriété. Par ailleurs, les négligences faites par le syndic de copropriété provoquant un sinistre font également partie des sources de litige. La source de litige la plus dangereuse est, sans aucun doute, les pratiques frauduleuses commises par le syndic. Un litige individuel peut également survenir en raison du défaut d’entretien dans des parties communes entrainant un préjudice personnel. Enfin, le non-respect du mandat ou du règlement de copropriété est également une cause de litige contre le syndic. Bref, beaucoup de causes pouvant actionner un recours contre le syndic.

Le meilleur recours face au litige avec le syndic reste la médiation

Avant d’intenter un recours contre le syndic de copropriété, il est essentiel de s’assurer du non-respect du syndic à son mandat et à la loi. Ensuite, l’envoi d’une mise en demeure via courrier recommandé doté d’accusé de réception serait idéal. Si le syndic n’envoie aucune lettre, on règle le litige en optant pour l’une des solutions suivantes : l’arbitrage, la méditation et la procédure participative. Parmi ces alternatives, la médiation reste la solution idéale pour ne pas réaliser une longue procédure. Pour cela, le meilleur moyen est de contacter un médiateur, notamment une association spécialisée dans le litige avec le syndic ou un avocat, pour gagner davantage de temps.

Les actions devant le tribunal

Si la médiation n’a pas montré le résultat escompté, il est également possible de mener une action devant le tribunal de grande instance. Ce dernier fixera un nouveau gestionnaire de copropriété transitoire. Cependant, ce recours prend beaucoup de temps, car il compte trois ans minimums. De plus, il s’avère être très onéreux et n’offre aucune assurance de satisfaction.

Comment vendre sa maison au meilleur prix ?

vendre sa maison au meilleur prix

Vous pouvez vendre votre maison au meilleur prix, grâce aux nombreux avantages que vous offrent certains sites de vente immobilière en ligne. Pour réussir la vente de votre appartement, vous avez le choix de faire du homestaging. Mais vous avez l’opportunité d’en être dispensé, en choisissant de céder votre maison auprès d’un promoteur ou d’un site spécialisé. En effet, certaines plateformes achètent votre bien tel quel en l’état, qu’il soit moche ou non. Vous bénéficiez en plus de l’opportunité d’être déchargé de toutes les démarches nécessaires. Lire la suite

Le paiement des travaux en copropriété

travaux en copropriété

Avec l’augmentation des travaux de rénovation énergétique et un contrôle plus fréquent du respect des normes de sécurité en matière de bâtiment, les copropriétés doivent faire face à de plus en plus de travaux d’entretien et de maintenance. Qui prend en charge les coûts de ces travaux, souvent importants ? Les copropriétaires ou seulement le syndic ? Comment calcule-t-on la contribution de chacun au financement des travaux ? On répond à vos questions sur le paiement des travaux en copropriété. Lire la suite